La Corporation de développement communautaire pourrait bientôt acquérir l’église Saint-Maxime

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
La Corporation de développement communautaire pourrait bientôt acquérir l’église Saint-Maxime
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

La Corporation de développement communautaire de l’agglomération de Longueuil (CDC AL) est confiante de pouvoir acquérir sous peu l’église Saint-Maxime; une étape majeure dans le projet de transformation de ce lieu de culte du secteur LeMoyne en centre communautaire.

La CDC AL s’est vue récemment confirmer un prêt du Fonds immobilier de solidarité FTQ. Le prêt est conditionnel à une aide financière de la Ville de Longueuil de 150 000$.

Lors du dévoilement du projet et des intentions d’achat de la part d’un regroupement d’organismes en décembre 2016, la mairesse Caroline St-Hilaire s’était engagée à fournir une aide de 150 000$ sur cinq ans. En campagne électorale, la mairesse Sylvie Parent avait promis d’honorer cet engagement.

À la séance du conseil du 21 janvier, la conseillère Colette Éthier a demandé à la mairesse si cet engagement était toujours en vigueur.

«On veut toujours honorer cet engagement», confirme-t-on au cabinet de Mme Parent.

Selon le directeur général de la CDC AL Martin Boire, des discussions ont eu lieu avec le bureau des affaires sociales et communautaires de la Ville.

«Ça devrait passer sous peu au comité exécutif, et peut-être au prochain conseil municipal, en février», annonce-t-il.

Le projet

Le comité d’achat de l’église est constitué de la CDC AL, de Premiers Pas Champlain, du Comité d’action populaire LeMoyne et du CPE de Bloc en Bloc. Il bénéficie du soutien du Centre intégré de santé et services sociaux de la Montérégie-Centre et du groupe de ressources techniques Bâtir son quartier.

Le regroupement veut faire de l’église – qui a célébré sa dernière messe en avril 2019 – un centre communautaire qui réunirait des espaces de bureaux et salles d’activités pour les organismes, un CPE et une grande salle communautaire.

Offrir un tel lieu de rassemblement est impératif pour les acteurs impliqués.

«Il y a une pénurie de grandes salles communautaires qui sont accessibles pour tous. Si on fait un événement avec plus de 60 personnes, c’est un défi», reconnait Martin Boire.

Il rappelle les réactions qu’avait suscité la tenue en octobre dernier d’une rencontre sur la revitalisation de la rue Saint-Charles Ouest à la salle Albert-Beaudry de la Maison de la culture, qui n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Première étape

Le directeur général de la CDC AL souligne que l’acquisition de l’église n’est que la première étape de ce projet estimé à 4 M$.

«On ne demande pas un financement public de 4 M$, nuance-t-il. Une grande partie sera constituée de prêts à rembourser et proviendra des loyers de la Corporation et des organismes. Il reste à financer les pieds carrés de la grande salle communautaire.»

Donc, le travail de recherche de partenaires financiers se poursuit. Bien que les députés de la région appuient le regroupement, cela doit s’inscrire dans des politiques publiques, rappelle-t-il.

À l’été 2019, le ministère de la Famille s’était engagé à garantir des places pour le CPE. Ces places seront réservées au projet pour une durée de 24 mois, après quoi elles seront réouvertes.

«Notre date butoir, c’est donc l’été 2021», conclut Martin Boire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des