Actualités

La Halte du Coin de nouveau en opération

mercredi le 19 janvier 2022
Modifié à 17 h 02 min le 19 janvier 2022
Par Ali Dostie

adostie@gravitemedia.com

La Halte du Coin est situé sur la rue Bourassa, dans l'arr. du Vieux-Longueuil. (Photo: Le Courrier du Sud - Archives)

Après une fermeture temporaire forcée en raison d’une éclosion de COVID-19 chez les employés, le refuge La Halte du Coin a rouvert ses portes aux personnes en situation d’itinérance, le 18 janvier. Dès la première journée, il était pratiquement au maximum de sa capacité.

Dans la nuit de mardi à mercredi, 29 des 30 lits ont été occupés. 

«La journée s’est super bien passée. Une dizaine de ceux que l’on avait référés au Motel La Siesta sont revenus. Certains qui avaient été redirigés vers le centre de jour au centre communautaire St.Mark sont aussi revenus et on a vu une quinzaine de nouveaux», décrit le directeur général de la Halte du Coin Nicholas Gildersleeve.

Le Motel La Siesta accueille des personnes en situation d’itinérance atteintes de la COVID-19. Ils peuvent retourner à la Halte une fois leur isolement terminé. Les cas de COVID ne sont pas acceptés à la ressource de l’arr. du Vieux-Longueuil. 

«Nous n’avons pas les ressources matérielles pour ça», soutient M. Gildersleeve.

Retour des employés

Pas moins de 18 des 24 employés avaient reçu un résultat positif à un test de COVID-19 au cours des dernières semaines, obligeant la ressource communautaire à fermer ses portes, le 13 janvier. 

«Quelques employés sont en quarantaine, mais la majorité est de retour, spécialement pour le quart de nuit», se réjouit le directeur général.

«Déstabilisant»
Nicholas Gildersleeve constate que cette courte fermeture a causé de l’anxiété chez plusieurs itinérants.

«On a ressenti une déstabilisation. On a dû en rediriger vers d’autres ressources. On s’est promené en minivan à Montréal, de refuges en refuges. Certains étaient fermés à cause d’éclosions, relate-t-il. Ça crée de l’anxiété.»

M. Gildersleeve a tout de même été soulagé de revoir certains visages connus lors de la réouverture, bien qu’il ignore si l’ensemble des habitués reviendront à la Halte. «Le temps le dira», laisse-t-il entendre.

«C’était bien de voir leurs sourires. Pour eux, c’est comme rentrer à la maison.»
-Nicholas Gildersleeve

 

Besoins immenses

M. Gildersleeve exprime d’ailleurs le souhait que les ressources déployées récemment seront maintenues aussi longtemps que possible. 

«Il y a une inquiétude qui persiste. On va toujours être là pour les accueillir, mais nous avons seulement 30 places, met-il en perspective. On est à pleine capacité depuis le début.»

Rappelons qu’en réaction à la fermeture d’urgence de la Halte du Coin la semaine dernière, la Ville de Longueuil, en collaboration avec les CISSS de la Montérégie, a ouvert un nouveau refuge temporaire à l’aréna Cynthia-Coull, dans l’arr. de Greenfield Park. 

Deux cents lits pourront y être déployés. 

Une halte-chaleur, un centre de jour au centre communautaire St.Mark et d’autres ressources, comme l’Abri de la Rive-Sud, sont aussi disponibles afin d’aider les itinérants à traverser la vague de froid. 

Il s’inquiète aussi de constater l’augmentation du nombre d’itinérants dans la région. «Quand je suis allé au centre communautaire St.Mark, il y avait plusieurs visages que je ne connaissais pas», observe-t-il.

«Ce n’est pas normal que des personnes risquent de dormir dehors, dans notre société», insiste le directeur.