Office municipal d’habitation de Longueuil : les trois administrateurs provisoires entrent en poste

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Office municipal d’habitation de Longueuil : les trois administrateurs provisoires entrent en poste
Les bureaux de l'Office municipal d'habitation de Longueuil (Photo : Le Courrier du Sud - Ali Dostie)

Plus d’un mois après avoir enclenché le processus de mise sous tutelle de l’Office municipal d’habitation de Longueuil (OMHL), la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Andrée Laforest a nommé trois administrateurs provisoires. Entrées en poste le 10 mars, ils siégeront pour au moins 120 jours.

Les trois administrateurs, Lise Guillemette, Marco Bélanger et Robert de Nobile, sont des personnes bien connues du monde des HLM au Québec. Mme Guillemette a été vice-présidente à l’habitation sociale et communautaire de la Société d’habitation du Québec; M. Bélanger, directeur général de l’OMH de Trois-Rivières; et M. de Nobile, président du Regroupement des offices d’habitation du Québec.

«La Fédération est heureuse de ces nominations car il s’agit de trois personnes avec une expérience et une crédibilité à toute épreuve dans le réseau des HLM depuis plusieurs années, indique le coordonnateur de la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) Robert Pilon. Nous sommes confiants qu’elles sauront redresser la situation avec succès.»

Long processus

Suivant un processus strict enchâssé dans la Loi sur la Société d’habitation du Québec, les membres du conseil d’administration (C.A.) un reçu le 10 février un avis de 15 jours mentionnant les raisons de la mise sous tutelle.

À la suite de cet avis, les administrateurs Hugues Létourneau, Monique Brisson, Micheline Lamoureux et Isabelle Talon se sont dits d’accord avec l’administration provisoire et ont confirmé plusieurs des lacunes de gestion et de gouvernance observées.

De leur côté, les conseillers municipaux siégeant au C.A. de l’OMHL, soit la présidente Monique Bastien ainsi que Nathalie Boisclair, Sophie Allard, Philippe Glorieux et Jacques Lemire, ont indiqué comprendre qu’une administration provisoire puisse s’imposer mais ont contesté les lacunes de gestion et de gouvernance constatées, même celles observées lors du diagnostic organisationnel produit par le Groupe SCE à la demande du C.A.

Ces cinq administrateurs avaient pourtant adressé une lettre à la ministre Laforest le 5 février dans laquelle ils affirmaient entre autres que le C.A. était «dans l’impossibilité d’exercer pleinement son rôle et d’agir relativement aux recommandations figurant au rapport de la firme d’experts indépendants».

Dans sa décision de suspendre les administrateurs actuels de l’OMHL pour en nommer trois provisoires, une décision datée du 9 mars, la ministre maintient que les faits révélés lui donnent lieu de croire que les administrateurs ont manqué à certaines de leurs obligations et qu’un ou plusieurs administrateurs ou dirigeants ont posé un geste incompatible avec les règles de saine gestion. Elle se dit également très préoccupée par le climat qui règne au C.A. et par les défauts de communication observés, de même que par les nombreux départs et congédiements ainsi que les comportements de la direction générale.

Changement souhaité à la direction générale

La Fédération des locataires de même que plusieurs employés sont convaincus qu’un changement à la direction générale de l’OMHL est nécessaire.

«À la lecture du rapport de diagnostic organisationnel et de la lettre de la ministre Laforest, la Fédération est convaincue que l’actuelle directrice générale fait partie du problème et non de la solution», affirme le coordonnateur Robert Pilon.

Dans une lettre adressée au Groupe SCE et aux administrateurs provisoires le 15 février, plusieurs employés abondaient dans le même sens, affirmant avoir «la profonde conviction que la seule avenue envisageable quant à la direction générale est la fin du lien d’emploi avec Mme Lavigne».

Pour la Fédération, les trois administrateurs provisoires devront prendre rapidement une décision à ce sujet.

«Il faut engager à la direction générale une personne expérimentée et qui a fait ses preuves dans la gestion de parcs de logements municipaux», soutient Robert Pilon.

Selon les informations fournies au journal par ce dernier ainsi que par certains employés, le directeur des finances de l’OMHL, dernier cadre supérieur d’expérience qui était toujours en poste, aurait récemment quitté en congé de maladie. Cela s’ajoute aux 23 départs d’employés, congédiés ou ayant choisi de quitter, depuis l’arrivée en poste de la Danielle Lavigne en juillet 2019.

La direction générale de l’OMHL n’avait pas donné suite aux demandes d’entrevue du journal au moment de la publication.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires