La vague de départs se poursuit à l’Office municipal d’habitation

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
La vague de départs se poursuit à l’Office municipal d’habitation
Les bureaux de l'Office municipal d'habitation de Longueuil (Photo : Le Courrier du Sud - Geneviève Michaud)

«L’hécatombe» au sein du personnel de l’Office municipal d’habitation de Longueuil (OMHL) révélée par Le Courrier du Sud le 13 octobre se poursuit. Le journal a appris que près d’une dizaine d’employés supplémentaires ont quitté récemment ou s’apprêtent à le faire.

Ces nouveaux départs porteraient à 23 le nombre d’employés ayant été congédiés ou ayant quitté de leur plein gré depuis l’arrivée de la nouvelle directrice générale Danielle Lavigne, en juillet 2019. De ce nombre, qui représente environ 35% des effectifs de l’Office, plusieurs comptaient des dizaines d’années d’expérience.

Plusieurs départements de l’OMHL se retrouveraient ainsi déserts ou en cruel manque d’effectifs, dont le service des immeubles – responsable de l’entretien et des réparations –, le service à la location et le service à la clientèle.

À LIRE AUSSI : Des problèmes majeurs à l’Office municipal d’habitation de Longueuil

«Des dizaines de logements demeurent vacants et les services offerts aux locataires sont compromis», soutient le coordonnateur de la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) Robert Pilon.

Des services de «piètre qualité»

Le 10 novembre, le comité consultatif des résidents (CCR) de Longueuil tenait une rencontre avec les délégués des immeubles membres du territoire. Treize sur quatorze auraient affirmé avoir constaté des lacunes inacceptables dans les services à la clientèle de l’OMHL au cours des derniers mois. Des doléances que le président du CCR Réjean Gosselin a communiquées à la présidente du conseil d’administration de l’Office Monique Bastien, dans une lettre datée du 13 novembre.

«On assiste à une démobilisation des locataires et à une résignation face à la piètre qualité des services», y indique entre autres M. Gosselin.

«C’est frappant : tout le monde dit qu’appeler à l’OMHL ne sert plus à rien, qu’il n’y a pas de suivi et qu’on parle toujours à quelqu’un de différent.»

 

– Robert Pilon, coordonnateur de la FLHLMQ

Plusieurs des délégués auraient par ailleurs signalé que l’entretien des immeubles n’était plus du tout ce qu’il était, les préposés à l’entretien étant totalement absents dans certains immeubles ou surchargés de travail dans d’autres.

Intervention de la SHQ

Devant l’ampleur du problème, la FLHLMQ réclamait de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Andrée Laforest le 30 septembre la tenue d’une enquête et la possible mise en tutelle de l’OMHL.

Dans sa réponse à la Fédération, le 7 octobre, la Société d’habitation du Québec (SHQ), de qui relève la gestion des Offices municipaux d’habitation, affirme avoir «effectué plusieurs interventions auprès des administrateurs de l’OMHL pour s’assurer que les mesures nécessaires soient mises en place pour redresser la situation».

Le 16 octobre, la SHQ indiquait par ailleurs au journal qu’une personne-ressource avait été désignée pour accompagner l’OMHL et son C.A. dans la recherche de solutions.

«Les choses se reprennent en main progressivement au chapitre de la collaboration avec les employés autant qu’avec les dirigeants, indiquait de son côté le conseiller municipal de Saint-Lambert et membre du C.A. de l’Office Philippe Glorieux, lors de l’assemblée du conseil municipal du 16 novembre. Un consultant est au travail et va nous faire des recommandations bientôt.»

À LIRE AUSSI : « Combien de naufragés faudra-t-il pour que Longueuil lance des bouées ? »

Approché par Le Courrier du Sud pour commenter l’évolution du dossier, l’OMHL indiquait le 10 novembre que la présidente du C.A. avait «donné suite au suivi de ce dossier», en fournissant une mise à jour de l’état des logements (voir plus bas).

La SHQ n’avait quant à elle pas retourné les demandes d’informations ou d’entrevues du Courrier du Sud au moment de la publication.

 

Plusieurs logements toujours vacants

Les informations obtenues par Le Courrier du Sud font état de nombreux logements de l’OMHL toujours vacants au début du mois de novembre.

Selon les informations fournies par le cabinet de la mairesse de Longueuil, au nom de la présidente du C.A. de l’Office Monique Bastien, 10 logements étaient disponibles, 27 étaient réservés pour des travaux majeurs (multiples déficiences) et 42 faisaient l’objet de travaux mineurs.

«Ainsi, sur un total de 3912 logements du parc immobilier de l’OMHL, tous programmes confondus, le pourcentage de logements vacants correspond à 0,3%», ajoutait-on.

Le portrait était cependant quelque peu différent selon les employés consultés par le journal, qui indiquaient qu’en date du 9 novembre, près de 120 logements étaient toujours vacants.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires