Sorties scolaires: le milieu espère qu’avec la rentrée viendra la fin du statu quo

Sorties scolaires: le milieu espère qu’avec la rentrée viendra la fin du statu quo

Crédit photo : Gracieuseté - Robert Etcheverry

CULTURE. Alors que la rentrée a sonné pour des milliers d’élèves, le statu quo demeure quant à savoir s’ils pourront s’adonner à autant de sorties scolaires que les années précédentes. Au Théâtre de la Ville, qui a accueilli 14 000 jeunes dans le cadre de son volet éducatif l’an dernier, l’impact de la directive gouvernementale est bien réel.

Une directive du ministère de l’Éducation exige dorénavant la gratuité pour toutes sorties dans le cadre de l’année scolaire. Les sorties prévues qui se tiennent dans le cadre du régime pédagogique sont gratuites pour les parents, alors que les sorties facultatives peuvent être payantes.

Dans ce contexte, des écoles et commissions scolaires ont préféré attendre la formation des conseils d’établissement en septembre avant de prévoir toute activité.

«C’est tout le secteur culturel qui en souffrira; artistes, compagnies de production, institutions culturelles, lieux de diffusions; pour le secteur, c’est dramatique», s’inquiétait en juin le président du Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis (RIDEAU), Jacques Pineau.

En date du 1er août, 2924 sièges étaient réservés pour les représentations scolaires de la saison 2018-2019 du Théâtre de la Ville (TDLV). C’est bien peu comparativement aux 7503 places réservées à pareille date l’an dernier.

Le directeur général Franck Michel observe divers cas de figures: des écoles ont carrément annulé leur présence à l’une ou l’autre des représentations; d’autres ont affirmé préférer attendre à la rentrée avant de confirmer ou annuler quoi que ce soit.

«Il faut revoir tous les horaires des représentations scolaires, négocier avec les compagnies théâtrales jeune public, témoigne M. Michel. Les contrats devraient déjà être signés.  Tout le monde est dans un statu quo et sur le qui-vive. Pour les compagnies théâtrales, ça peut engendrer des pertes immenses. Ç’a une forte incidence dans le milieu.»

«Loin d’une solution»

Les ministère de la Culture et de l’Éducation ont annoncé que des sommes seront allouées aux écoles pour combler ce manque.Michel demeure néanmoins inquiet.

«On ne sait pas de combien il s’agit, et on ne sait pas comment ces sommes seront distribuées dans les écoles, et ensuite vers les élèves, expose-t-il. On est loin d’une solution pour le moment. Ça peut causer un immense préjudice au théâtre jeune public et à toutes les activités jeune public.»

Le directeur général juge la situation «extrêmement problématique», tant pour les compagnies théâtrales, les musées et les jeunes eux-mêmes, «pris en otage alors qu’ils n’ont rien demandé».

Il juge important de sensibiliser la population et tout particulièrement les parents à l’importance d’un accès à la culture pour les jeunes, et à l’impact que cette mesure risque d’avoir sur l’éducation culturelle des jeunes.

«Sur le plan de l’éducation culturelle au Québec, le système a déjà des failles. Si, en plus, on enlève les sorties culturelles, on retourne très loin.»

Peu d’impacts à l’OSDL

La saison dernière, 650 élèves – un record  –  ont vécu une expérience hors de l’ordinaire en livrant un concert en compagnie des musiciens de l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL), dans une Maison symphonique «pleine à craquer».

Ainsi, 500 jeunes du primaire en chant chorale et 150 musiciens du secondaire s’étaient préparés toute l’année pour ce grand moment, grâce au programme Portée pédagogique de l’OSDL.

Étant autofinancé, le programme ne sera pas affecté par les directives du ministère de l’Éducation.

Néanmoins, la directrice générale par intérim Denyse Thiffault avoue «regarder la situation de près».

«On souhaite que les jeunes continuent à bénéficier de l’accès à la culture. La Portée pédagogique permet de développer la persévérance, la socialisation et un grand sentiment de fierté.  Il faut voir les jeunes lors du Concert du printemps. Ils vivent des moments inoubliables.»

Chaque saison, l’OSDL propose également deux concerts réunissant des musiciens de l’Orchestre et des artistes de l’École nationale de cirque. Ces matinées symphoniques destinées à un public scolaire s’inscrivent également dans le cadre de la Portée pédagogique.

Mesures peu connues

Le Regroupement de scènes en musées (RSEM) a récemment mis la lumière sur une nouvelle mesure gouvernementale qui prévoit 27 M$ afin de favoriser les sorties scolaires.

École inspirante proposerait une somme pour les sorties éducatives, à la discrétion des écoles, et ce, tant au primaire qu’au secondaire.

Le RSEM a lancé cette campagne médiatique afin de faire connaître École inspirante aux enseignants et à la population, ainsi que Sorties scolaires en milieu culturel, une autre mesure du ministère de l’Éducation en attente d’approbation.

Poster un Commentaire

avatar