Un policier s’est placé en conflit d’intérêt en voulant éviter une contravention à son fils

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Un policier s’est placé en conflit d’intérêt en voulant éviter une contravention à son fils
Les faits reprochés à l’agent Rivert remontent au 21 juin 2016. (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Le 11 février, le Comité de déontologie policière a statué qu’un agent du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) s’était placé en conflit d’intérêt en voulant venir en aide à son fils qui avait été intercepté par la police de Laval.

Le 21 juin 2016, deux agents du Service de police de Laval (SPL) interceptent un véhicule automobile dans lequel prennent place quatre personnes. L’une d’entre elles est le fils d’un policier de Longueuil, l’agent Eddy Rivert.

Les policiers informent les occupants que le véhicule n’est pas conforme, que des constats d’infraction seront dressés et que le véhicule sera remorqué. Le fils de l’agent Rivert appelle alors son père et ce dernier demande à parler à un des agents intercepteurs.

L’agent Rivert s’identifie comme étant le propriétaire du véhicule et un collègue de Longueuil. Il demande au policier s’il est possible «de s’arranger» et tente d’empêcher le remorquage du véhicule. Devant le refus du policier et visiblement irrité par le déroulement de l’intervention, l’agent Rivert se rend au poste de police du SPL et demande à rencontrer le superviseur.

Le 11 févier dernier, le Comité a statué qu’en agissant de cette manière, l’agent Rivert a dérogé à l’article 9 du Code de déontologie policière du Québec en n’ayant pas exercé ses fonctions avec désintéressement et impartialité et en n’ayant pas évité de se placer en conflit d’intérêts.

Les sanctions imposées à l’agent du SPAL seront connues dans les prochaines semaines.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des