Une Journée du stationnement pour s’approprier les lieux publics

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Une Journée du stationnement pour s’approprier les lieux publics
L'agente de développement au CDC Marie-Chantal Vigneault-Hamel

ENVIRONNEMENT. Qui a dit que les stationnements étaient réservés aux voitures? Des organismes communautaires, des tables de vie de quartier, ainsi que le Réseau de transport de Longueuil (RTL) ont occupé l’espace de stationnement voisin de la Maison de la culture, le temps de quelques heures ce vendredi, afin de se réapproprier ce lieu public et discuter de la place de l’automobile.

Initiée par la Corporation de développement communautaire (CDC) et en partenariat avec la Ville de Longueuil, cette première édition a permis d’«offrir une belle visibilité aux organismes du territoire, souligne l’agente de développement au CDC, Marie-Chantal Vigneault-Hamel. C’est aussi une occasion d’interpeller les passants et de discuter sur ce qui pourrait être fait d’autre dans cet espace public.»

Entre les kiosques, il était aussi possible de jouer aux échecs… une façon ludique de se réapproprier ce territoire réservé à la voiture.

Sur place, l’organisme le Carrefour Le Moutier souhaitait faire connaître ses services offerts auprès de personnes en détresse et sensibiliser la population à cet enjeu. «C’est tout aussi important de prendre soin de notre environnement social. La détresse, il y en a partout. Dans les lieux publics, c’est là où l’on peut être en contact, où l’on peut interagir avec les gens», expose l’agente de liaison et de développement, Héléna Roulet.

Pour sa part, Suzanne Coziol de la Table de vie de quartier Saint-Robert se réjouit de cette initiative qui transforme le stationnement en lieu de rencontre. «Si les gens se parlaient [dans les stationnements], ce serait déjà mieux!»

La maison d’hébergement pour sans-abris La casa Bernard-Hubert était aussi représentée lors de cette journée.  Gérald Jobin, résident de La casa, n’avait que de bons mots pour l’organisme. «J’ai fait deux séjours là, parce que j’ai vécu trois deuils: celui de ma femme, de mon fils et de ma mère. Ils m’ont aidé à faire des démarches, entre autres pour mon anxiété. Dans des situations comme ça, on ne peut pas s’en sortir tout seul, on n’est pas des super héros. Leur équipe est formidable.»

Penser transport collectif

Selon la présidente du C.A. du RTL, la société de transport ne pouvait rater ce rendez-vous. «On travaille fort pour que le transport collectif occupe plus de place, pour sensibiliser la poulation. Développer le réseau rapide d’agglomération, c’est l’un de nos premiers objectifs. Les études de marché prouvent que les gens souhaitent un service de transport collectif plus rapide. Alors c’est l’un des moyens sur lesquels on mise.»

Si l’événement se reproduit l’an prochain, le RTL aimerait qu’un autobus puisse prendre place dans le stationnement. «Ça exprimerait bien le nombre de places de stationnement qu’occupe l’autobus!», fait part Mme Éthier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires