Une Lambertoise met la compétition échec et mat

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
Une Lambertoise met la compétition échec et mat
(Photo : Denis Germain - Le Courrier du Sud)

Maili-Jade Ouellet, 17 ans, a remporté le Championnat d’échecs féminin continental des Amériques qui avait lieu en décembre à Aguascalientes, au Mexique. Cette victoire lui a permis de décrocher le titre de Grand maître international féminin.

La Lambertoise est ainsi devenue la troisième Canadienne de l’histoire à réussir cet exploit. Sa performance lui a également permis d’accéder à la Coupe du monde féminine d’échecs qui se tiendra à Minsk, en Biélorussie, en septembre 2020.

Lors du tournoi qui s’est tenu du 18 au 26 novembre, Maili-Jade a devancé par un 1,5 point les meilleures joueuses du continent, grâce à son score de 7,5 sur 9 parties. La jeune fille a mené de bout en bout, ne concédant que 3 parties nulles en cours de route et terminant en force avec 2 victoires.

«C’est un peu une surprise pour moi, admet d’entrée de jeu Maili-Jade, en entrevue au Courrier du Sud. J’ai reçu l’invitation pratiquement à la dernière minute; je ne savais donc pas vraiment dans quoi je m’embarquais, ni quel serait le calibre. Quand j’ai vu la liste des joueuses, j’étais classé neuvième mais je savais que je pouvais gagner. Le tournoi a très bien débuté parce que j’ai réussi à battre une joueuse mieux classée que moi. Après ça, j’ai commencé à croire en mes chances.»

Passion et talent

(Photo: Denis Germain – Le Courrier du Sud)

L’oncle de Maili-Jade Ouellet l’initie aux échecs alors qu’elle n’a que 5 ans. Très rapidement, son entourage constate ses habiletés hors de l’ordinaire.

La Lambertoise commence sérieusement à participer à des compétitions à 9 ans et développe une passion grandissante pour les échecs. Elle s’exerce sur une base quotidienne, étudie les parties des grands maîtres et prend part à de nombreux tournois.

En 2017, elle s’illustre en remportant le titre féminin canadien à seulement 15 ans.

Questionnée sur l’importance du talent dans les échecs, la jeune femme estime que tout est dans la pratique, même si les grands joueurs ont souvent une prédisposition pour ce jeu.

«Avec de la patience et de l’entraînement, pratiquement n’importe qui peut devenir un bon joueur d’échecs, explique-t-elle. C’est ce qui fait la beauté de ce jeu. Cependant, il est vrai qu’à partir d’un certain niveau, ça prend du talent et une certaine prédisposition.»

Les connaissances, la patience, la concentration et la logique sont les principales qualités d’un bon joueur d’échecs, selon Maili-Jade.

«L’aspect psychologique a aussi une grande importance dans les échecs, peut-être plus que les connaissances et la stratégie, explique la joueuse. Il faut se préparer contre son adversaire pour essayer de décoder les tendances dans son jeu et prédire ses prochains coups. Tu dois être bien préparé pour ça!»

«Une grande passion»

Malgré ses récents exploits, Maili-Jade Ouellet estime ne pas avoir atteint son plein potentiel et souhaite faire bonne figure à la prochaine Couple du monde féminine. Elle affirme cependant ne pas s’enligner sur une carrière de joueuse d’échecs professionnelle.

«Les échecs, c’est une vraie passion pour moi et c’est une grande partie de ma vie, raconte-t-elle. Mais en même temps, j’envisage de devenir avocate et je sais que ça va prendre beaucoup d’efforts et d’études. Je doute, dans un avenir plus ou moins loin, avoir encore le temps de participer à des compétitions.»

La nouvelle championne admet que sa carrière de joueuse d’échecs lui a souvent fait négliger les études et les amis.

«Je vais toujours continuer de jouer aux échecs, mais peut-être pas toujours dans un cadre compétitif, seulement pour le plaisir», conclut-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des