Non à un trottoir déneigé sur deux dans les rues locales… pour l’instant

Non à un trottoir déneigé sur deux dans les rues locales… pour l’instant
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Les trottoirs des deux côtés des rues locales seront déneigés cet hiver à Longueuil… pour l’instant. À l’issue du deuxième vote sur les amendements aux contrats de déneigement, forcé par le veto suspensif de la mairesse Sylvie Parent, sept élus contre cinq se sont opposés à la proposition de déneiger un trottoir sur deux dans les rues locales.

Rappelons que lors de la séance du conseil du 16 juin, neuf élus contre cinq s’étaient prononcés en faveur d’un amendement à trois contrats de déneigement, afin qu’un trottoir sur deux soit déneigé dans les rues locales, comme il était d’ailleurs d’usage avant 2014. En vertu de cette proposition, les trottoirs des artères principales, des rues collectrices, des rues desservies par le transport en commun ainsi que des corridors scolaires auraient tout de même été entretenus des deux côtés.

La décision a suscité un tollé de la part de plusieurs associations et regroupements de défense des personnes handicapées, aveugles ou à mobilité réduite, qui y voient une atteinte à l’accessibilité universelle. La grogne était aussi palpable chez de nombreux citoyens.

Face à ces réactions, la mairesse a annoncé le 18 juin qu’elle utilisait son veto suspensif afin que le vote sur les contrats de déneigement soit repris, ce qui s’est produit ce vendredi, en séance extraordinaire.

Les élus qui se sont opposés au déneigement d’un trottoir sur deux dans les rues locales sont ceux du parti de Sylvie Parent ainsi que les indépendants Nathalie Boisclair, Jean-François Boivin et Steve Gagnon. Ces deux derniers ont changé leur position par rapport au 16 juin.

7 juillet

Toutefois, les contrats de déneigement seront à nouveau soumis à l’approbation du conseil lors de la séance ordinaire du 7 juillet. Ainsi, le débat n’est probablement pas terminé.

Des trois contrats de déneigement, deux s’échelonnent sur cinq ans, avec possibilité d’une reconduction de deux ans. Le troisième est d’une durée de sept ans, avec possibilité de prolonger de deux ans. Leur valeur totale, si la durée maximale est respectée, est de 96,9 M$.

Les élus qui avaient initialement voté pour le déneigement d’un trottoir sur deux ont toujours assuré qu’il aurait été possible d’apporter des modifications aux contrats, advenant que cette façon de faire n’améliore pas les opérations de déneigement comme ils l’espéraient. (A.D.)

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des