Élections Québec cherche des directeurs de scrutin

Photo de Hélène Gingras
Par Hélène Gingras
Élections Québec cherche des directeurs de scrutin
Boite de scrutin provincial. (Photo : Le Saint-François - Archives)

Élections Québec cherche à combler 49 postes de directeurs ou directrice de scrutin dans la province, dont ceux pour les circonscriptions de La Pinière (Brossard), Vachon (Saint-Hubert), Châteauguay, Huntingdon et Vaudreuil.

«C’est le moment de mettre votre talent au service de la démocratie!» vante l’organisme sur son site Web, en faisant valoir qu’il s’agit d’un «défi des plus stimulants» en ce qui a trait à la gestion et l’organisation d’une élection provinciale.

Le directeur ou la directrice de scrutin planifie, organise et réalise les activités en vue du vote des électeurs. Il gère les ressources humaines, financières et matérielles, veille au respect de la Loi électorales et accompagne les électeurs, les candidats et les intervenants politiques.

Élections Québec laisse savoir que cette tâche n’est pas réservée aux personnes à la retraite ou sans emploi, puisque la personne retenue pourrait obtenir un congé sans solde pour exercer ce rôle.

Le salaire est de 49,49$/h jusqu’à un maximum de 22 000$ pour une élection. À noter que le mandat est de 10 ans.

Un an avant les élections, le directeur de scrutin «doit réaliser des activités préparatoires qui demandent une grande disponibilité», affirme Élections Québec. En période électorale, le travail est de 10h à 12h par jour, 7 jours sur 7, pendant environ 45 jours.

Les candidats ont jusqu’au 17 septembre, à 16h30, pour postuler.

Ils doivent savoir faire preuve de leadership, être organisés, avoir de l’expérience en ressources humaines, financières et matérielles, en relations publiques et en formation, ainsi qu’être habiles avec les outils informatiques, notamment.

Conditions d’admission:

  • Avoir plus de 18 ans;
  • Être domicilié dans la circonscription dans laquelle la personne pose sa candidature ou dans une circonscription voisine;
  • Ne pas avoir occupé un poste d’élue ou d’élu aux paliers fédéral, provincial, municipal ou scolaire au cours des deux années qui précèdent l’inscription au concours;
  • Ne pas être sous curatelle ni être privé de ses droits électoraux;
  • Avoir une bonne connaissance du français et de l’anglais, lorsque le nombre d’électrices et d’électeurs anglophones le justifie. C’est le cas pour la circonscription de La Pinière, précise Élections Québec.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des