Actualités

Pôle de mobilité temporaire Tisserand: rien n’est définitif, assurent la Ville et l’ARTM

le vendredi 15 avril 2022
Modifié à 15 h 08 min le 15 avril 2022
Par Ali Dostie

adostie@gravitemedia.com

La station Panama (Photo: Gracieuseté)

Le pôle de mobilité temporaire Tisserand proposé par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) en vue de la mise en service du REM à Brossard suscite des craintes chez des résidents du secteur T. L’ARTM, tout comme la Ville de Brossard, assurent toutefois que la proposition n’est pas définitive.

Rappelons que le pôle de mobilité temporaire consiste en deux quais d’autobus et un dépose-minute pour voiture, qui seraient aménagés dans le stationnement de la Place Portobello à l’ouverture de la station Panama du REM. 

Ces deux quais remplaceront les arrêts des lignes d’autobus 14 et 49, actuellement sur le trottoir de l’avenue Tisserand.

Rappelons également qu’un tunnel, déjà aménagé sous l’autoroute 10, permettra aux citoyens d’accéder à la station Panama, via le secteur T, par le côté ouest.

Craintes

À la suite d’une consultation publique sur le projet, le 29 mars, des citoyens inquiets ont formé le groupe Facebook «REM à Brossard». Ils craignent pour la sécurité du secteur, dû à une hausse de la circulation avec l’arrivée du REM, et à une éventuelle perte de quiétude.

«Je suis contre votre projet, car ça ne respecte pas la population du secteur et leur souhait. La solution serait de diriger le trafic sur Taschereau», retrouve-t-on dans un document, partagé sur le groupe, et dressant la liste des commentaires et questions émis à la consultation. 

«Comment pensez-vous rendre les rues avoisinantes sécuritaires sachant qu’il y aura beaucoup plus de circulation? La rue Tillemont est déjà très dangereuse en ce moment; quantité de voitures, vitesse, courbes, étroite, pas de trottoir», a aussi partagé un résident.

Conseiller interpellé

Conseiller municipal du secteur T, Claudio Benedetti affirme avoir reçu d’«innombrables courriels» à la suite de la consultation. Il estime que la proposition de l’ARTM ne respecte pas la déclaration adoptée par les élus en juin 2020, qui réclamaient le maintien du caractère résidentiel de l’avenue Tisserand.

La déclaration témoignait de l’inquiétude du conseil de l’augmentation de la fréquentation de passages des autobus sur cette avenue qui n’est pas conçue, «tant dans sa conception que son utilisation», pour recevoir une forte circulation.

L’ARTM réitère à cet égard que «la majorité des autobus se rendront à la station par le terminus par le côté est. En ce moment, il est prévu de conserver une fréquence similaire [des lignes d’autobus en question].»

«Caractère respecté»

À la Ville de Brossard, on évalue que «le caractère résidentiel est conservé [dans l’idée de pôle de mobilité temporaire], répond Alain Gauthier, directeur des communications. Cependant, afin de répondre aux préoccupations des citoyens, cet aspect pourra être amélioré si nécessaire. Nous évaluerons si certaines mesures d’apaisement seront à mettre en place.» 

La proposition de l’ARTM avait été soumise aux élus, qui ont émis des commentaires, mais n’ont pas donné leur aval étant donné la consultation. «Tout n’est pas déjà réglé dans ce dossier et le projet final est à venir», indique M. Gauthier.

Un son de cloche similaire du côté de la mairesse Doreen Assaad. 

«Nous avons accepté que l’ARTM propose sa solution de débarcadère aux citoyens afin de connaître leur opinion. Maintenant que cela est fait, on poursuit les réflexions et on attend que l’ARTM soumette une proposition bonifiée au conseil pour l’évaluer», a-t-elle commenté.

«Ce à quoi je m’attends pour la rue Tisserand, c’est d’obtenir de nos partenaires, soit CDPQ-Infra et l’ARTM, les meilleures solutions possibles pour à la fois maintenir la quiétude des résidents du secteur et permettre à l’ensemble des citoyens de Brossard qui utiliseront le tunnel de se déplacer efficacement et en toute sécurité», a-t-elle poursuivi.

Autres consultations à venir ?

Selon Simon Charbonneau, conseiller principal, Affaires publiques et relations médias à l’ARTM, «le but de cette consultation était d’avoir le input des citoyens et de voir si des éléments peuvent être améliorés. L’acceptabilité sociale, ça fait partie du projet, d’où cette consultation.»

Quelque 200 participants ont assisté à la consultation et ont participé aux ateliers suivant la présentation. 

Les partenaires de l’ARTM colligent actuellement les propositions des citoyens. «Le tout sera analysé avec toute l’attention que cela mérite», évoque M. Charbonneau.

Il n’est d’ailleurs pas écarté que d’autres coups de sonde semblables soient effectués.

Dernières nouvelles