Vers la création d’un nouveau parti politique à Brossard

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Vers la création d’un nouveau parti politique à Brossard
Le conseiller Michel Gervais (Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Indépendants depuis la dissolution du caucus de Brossard Ensemble en septembre, les conseillers Michel Gervais, Monique Gagné, Julie Bénard, Claudio Benedetti, Pierre Jetté et Sylvie DesGroseilliers ont depuis uni leurs forces pour parler d’une seule et même voix au conseil. Et cette union risque fort de se traduire par la présence d’une nouvelle formation politique sur l’échiquier municipal lors du scrutin de novembre.

«Nous sommes en processus pour former un nouveau parti politique, lance d’entrée de jeu le conseiller municipal Michel Gervais, en entrevue au Courrier du Sud. Il faut que les gens de Brossard le sachent : il n’y aura pas juste Brossard Ensemble dans la course électorale.»

«Notre groupe a une unité très forte, poursuit-il. Nous croyons que le travail du maire est d’être à l’écoute des citoyens, mais aussi des autres élus et ça, ç’a manqué au cours des trois dernières années.»

Bien que les candidats de Brossard Ensemble aient fait campagne en 2017 en disant vouloir mettre fin aux nombreux changements de personnel vécus à l’hôtel de ville sous l’administration de Paul Leduc, «on a battu des records depuis», déplore Michel Gervais.

«Tout le troisième étage de l’hôtel de ville a été remplacé et même les conseillers ont été mis à la porte», souligne-t-il.

Pour tous les Brossardois

Si l’annonce de la dissolution du caucus par la mairesse en a surpris plus d’un, les élus majoritaires nouvellement indépendants de Brossard – comme ils se sont eux-mêmes baptisés – rappellent que les relations n’étaient pas au beau fixe au sein du conseil.

«Nous étions déçus de la motivation principale de la mairesse, qui semble être de plus en plus sa réélection, affirme Michel Gervais. La priorité doit être la Ville, ses intérêts et ses citoyens. Tous les membres du conseil doivent travailler dans ce sens.»

«Nous ne sommes pas dans une position d’allégeance mais dans une position d’action.»

 

– Michel Gervais

Les élus majoritaires indépendants tiennent ainsi à réitérer leur engagement à servir l’ensemble des citoyens de Brossard, de tous les quartiers.

«Notre première action concrète a été d’apporter des changements à certains comités du conseil, dont le comité consultatif d’urbanisme, pour nous assurer d’une meilleure représentativité de tous les secteurs», rappelle Michel Gervais.

Le conseiller du district 2 souligne également le moratoire de densification pour le secteur A et une partie des secteurs B et P adopté en juin – qui a probablement été selon lui une des causes ayant mené à la dissolution du caucus par la mairesse – ainsi que l’avis de motion qu’il a lui-même déposé pour mieux contrôler l’implantation architecturale dans les secteurs B, M, P et T, en novembre.

«Les premiers quartiers de Brossard ont besoin d’amour», soutient le conseiller.

Une année de défis

Qualifiant cette année électorale et de pandémie d’«année de défis», Michel Gervais et ses collègues espèrent que tous les Brossardois sentiront le dynamisme du conseil pour faire avance tous les dossiers, «dans le respect du budget et de la capacité de payer de la Ville».

«Nous voulons que tous les Brossardois soient fiers de leur ville», soutient-il, mettant l’accent sur les projets environnementaux, la réfection des parcs et l’entretien de l’ensemble des quartiers.

«On doit aussi voir comment on peut s’y prendre pour que Brossard soit bien représentée à l’agglomération, poursuit M. Gervais. Actuellement, personne ne veut travailler avec Brossard. Il faut rétablir les ponts», affirme-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Luka
Luka
1 mois

Est-ce que la multiplication des obstacles piétons va cesser? À quand pourra-t-on traverser sécuritairement le boul. Taschereau? La nouvelle station Panama est jolie, mais le parcours à obstacle pour s’y rendre est digne d’un film d’Indiana Jones.