Novembre 2020 : au secours des cerfs

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
Novembre 2020 : au secours des cerfs
(Photo : Le Courrier du Sud - Denis Germain)

En novembre, la Ville de Longueuil annonce que 12 à 15 cerfs de Virginie seront euthanasiés pour contrer la surpopulation au parc Michel-Chartrand. Elle assure que cette opération de contrôle est «éprouvée en saine gestion de la faune». La viande sera remise à Moisson Rive-Sud, qui la redistribuera aux banques alimentaires du territoire.

Les jours qui suivent, des pétitions et manifestations sont organisées contre l’euthanasie des cerfs. La mairesse Sylvie Parent reçoit des menaces de mort.

Le 23 novembre, Sauvetage Animal Rescue et l’avocate Anne-France Goldwater s’unissent et présentent un plan de relocalisation des cerfs dans cinq refuges. Le jour même, la Ville annule l’abattage. L’opération de relocalisation est confiée à l’entreprise.

C’est également en novembre que la Ville de Saint-Lambert, la Société du Parc Jean-Drapeau et Evenko signent une entente sur le bruit, qui prévoit entre autres un maximum de 19 journées qui pourront être consacrées à la tenue d’événements au parc. Ces derniers devront respecter une limite de bruit de 65 dBA.

Encadrer la densification

Des citoyens de Longueuil, dont le cinéaste André Forcier, s’inquiètent devant l’accélération de démolitions de maisons unifamiliales au profit d’immeubles qui transforment leurs quartiers. Les élus affirment être prêts à revoir la réglementation en matière d’urbanisme.

Prévue en décembre, l’adoption de projets de règlements visant à restreindre de tels projets de démolition est devancée à la fin novembre, les débats ayant entraîné une recrudescence des demandes de permis de démolition.

Les premiers projets de règlements adoptés par les arrondissements créent un effet de gel, car de nombreuses dispositions réglementaires sont appelées à changer. Un autre avis de motion adopté par le conseil fait en sorte qu’il n’y ait pas de démolition sans que la Ville en ait approuvé le projet en amont.

À Brossard

Dans un mémoire préparé dans le cadre des consultations suivant le dépôt du livre vert sur la réalité policière du gouvernement du Québec, la Ville de Brossard considère comme «inacceptable» d’être la seule ville de plus de 50 000 habitants de la province à ne pas compter sur un point de desserte policière. Elle exige d’avoir un poste de police sur son territoire.

L’échéancier de l’antenne de la Rive-Sud du Réseau express métropolitain (REM) est repoussé de trois à six mois, passant de la fin 2021 au printemps/été 2022.

Santé mentale, déversements

Dans la foulée des événements tragiques survenus à Québec le 31 octobre, où deux personnes ont été tuées au sabre par un homme vêtu en costume médiéval, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux et député de Taillon Lionel Carmant annonce des investissements de 100 M$ pour les services en santé mentale.

Le réseau d’assainissement des eaux usées de Longueuil a le pire bilan du Québec en matière de déversements, selon un palmarès dressé par la Fondation Rivières. La mairesse de Longueuil Sylvie Parent affirme que des «gestes doivent être posés afin d’y remédier».

Reconnue comme une des plus grandes fans de District 31, la jeune Noémie Mercille, qui souhaitait faire carrière comme maître-chien, est emportée par le cancer. Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) et l’équipe de l’émission lui rendent hommage sur leur page Facebook respective.

Éclosion

L’éclosion de COVID-19 qui frappe le centre Marcelle-Ferron depuis le début octobre aura fait 34 décès, en date du 24 novembre. Au plus fort de la crise, le CHSLD de Brossard, qui s’est retrouvé en «situation critique», comptait 79 résidents infectés, soit 37% de la population du centre.

Lire la suite ici.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires