Le budget provincial compte plusieurs bonnes nouvelles pour l’agglomération de Longueuil

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Le budget provincial compte plusieurs bonnes nouvelles pour l’agglomération de Longueuil
Le palais de justice de Longueuil (Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Bien que le budget présenté par le gouvernement de François Legault jeudi dernier ait laissé sur leur faim les intervenants en logement social, il comporte beaucoup de bonnes nouvelles pour l’agglomération de Longueuil.

À LIRE AUSSI : Un budget qui ne surprend pas Catherine Fournier

La construction de plusieurs maisons des aînés, dont celles de Longueuil et de Carignan, ainsi que la construction du centre Optilab à Saint-Bruno-de-Montarville ont obtenu un coup de pouce du gouvernement et sont en voie de réalisation. Idem pour la construction et l’agrandissement de plusieurs écoles en Montérégie.

À LIRE AUSSI : Quatre contrats octroyés pour les maisons des aînés de Longueuil et de Carignan

Deux projets entrent de leur côté en planification, soit l’agrandissement du bloc opératoire et de chirurgie d’un jour de l’Hôpital Charles-Le Moyne ainsi que l’élargissement de l’autoroute 30 entre Boucherville et Brossard. Le projet de pavillon de la santé du cégep Édouard-Montpetit est quant à lui mis à l’étude.

À LIRE AUSSI : Un pas de plus vers la réalisation du pavillon de la santé

Le budget compte également deux nouveautés pour l’agglomération, soit la construction d’un garage électrique pour le Réseau de transport de Longueuil et l’agrandissement du palais de justice.

Logement social

Si elle accueille favorablement le budget de la CAQ, axé sur les besoins en santé et en éducation, la Ville de Longueuil émet toutefois quelques réserves, entres autres au chapitre du logement social.

À LIRE AUSSI : Longueuil demande davantage de soutien pour les logements sociaux et le projet de centre-ville

Selon elle, les investissements prévus de 408 M$ d’ici cinq ans pour accroître l’offre de logements abordables, qui visent à accélérer la réalisation d’environ 5000 logements sociaux qui n’ont pas encore été livrés et l’annonce de 500 nouveaux logements dans le cadre du programme AccèsLogis, sont insuffisants pour répondre aux besoins actuels.

«Ces engagements sont absolument risibles quand on prend acte de l’ampleur des besoins, ajoute la députée de Marie-Victorin Catherine Fournier. Pour vous donner une idée, juste à Longueuil, c’est 1 500 ménages qui auraient besoin d’un tel logement. C’est d’autant plus incompréhensible que le gouvernement investit massivement en infrastructures dans le cadre de son plan de relance.»

Relance économique

La Ville de Longueuil juge également insuffisants les investissements de 5 M$ consacrés au transport collectif, à même le Plan québécois des infrastructures 2021-2031. Elle rappelle que la diminution de l’achalandage a créé une pression budgétaire sur le financement du transport collectif en entraînant une baisse majeure des revenus tarifaires et souligne qu’elle aurait souhaité que le gouvernement propose des mesures concrètes pour répondre à cet important enjeu.

À LIRE AUSSI : L’achalandage 63% moins élevé que la normale au RTL

La Ville voit cependant d’un bon œil l’investissement de 25 M$ sur trois ans pour le repositionnement du modèle policier au Québec.

À LIRE AUSSI : Longueuil propose un changement de philosophie policière à la grandeur du Québec

De son côté, la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) salue l’aide offerte par le gouvernement aux entreprises durement touchées par la pandémie, particulièrement dans le secteur de la culture et du tourisme.

«Nous apprécions également le fait que des sommes supplémentaires de 400 M$ sur cinq ans sont prévues pour réorienter des travailleurs actuellement au chômage vers des secteurs où les besoins sont criants», mentionne le président de la CCIRS Me Alain Chevrier.

Déception du milieu communautaire

Le budget 2021 a eu l’effet d’une douche froide pour les intervenants du milieu communautaire, qui déplorent qu’on n’y observe aucun rehaussement significatif de financement à la mission des organismes.

«Les besoins n’ont jamais été aussi grands, lance le président du conseil d’administration de la Table nationale des corporations de développement communautaire et directeur général de la CDC de l’agglomération de Longueuil Martin Boire. Le problème n’est pas ponctuel, il est structurel. Nous manquons de ressources pour réaliser pleinement nos missions dans des conditions adéquates.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires